PATRIMOINE
29.10.20
Le développement durable, un concept familier au patrimoine bâti
 

On invoque souvent, lorsque vient le temps d'évaluer la délicate question de la requalification d'un immeuble, le coût supérieur de cette intervention pour favoriser sa démolition et son remplacement par une construction neuve. Or, cette comparaison strictement économique ne tient pas compte de nombreux avantages associés à la conservation du patrimoine bâti.

En effet, le développement durable des villes constitue un enjeu contemporain auquel la protection et la mise en valeur du patrimoine apporte une contribution essentielle. Les deux notions se recoupent à plusieurs égards. La finalité du développement durable est de trouver un équilibre cohérent et viable à long terme entre les trois piliers que sont l'environnement, le social et l'économie., afin d'assurer le développement des générations futures.

Le concept de patrimoine bâti porte ces idées de transmission, de continuité et de pérennité. Les bâtiments construits avant la première guerre mondiale ont prouvé leur durabilité : ils ont traversé les changements de saisons et ont connu certaines conditions climatiques extrêmes; leurs matériaux sont locaux, naturels et réutilisables; ils sont la synthèse d'une expérimentation établie au terme d'un long processus artisanal d'essai-erreur qui a permis de développer des solutions performantes.

« L'analyse du cycle de vie » d'un bâtiment existant permet de mieux comprendre et évaluer les atouts d'un bâtiment existant par rapport à un autre qui n'est pas encore construit et établit un cadre de comparaison plus complet des options. Cet outil d'évaluation mesure les impacts environnementaux globaux produits par une opération de construction, depuis l'extraction et le transport des matériaux, jusqu'aux coûts d'opération du bâtiment pendant une longue période. Elle demeure réductrice puisqu'elle ne tient pas compte de la valeur culturelle et sociale des bâtiments anciens.

Une approche globale au patrimoine bâti sur l'ensemble du territoire québécois pourrait s'inspirer des principes du développement durable (3R-V) :

  • RÉDUIRE les nouvelles constructions et les superficies additionnelles
  • RÉEMPLOYER les bâtiments en assurant leur entretien constant
  • RECYCLER en réhabilitant les bâtiments avec des usages compatibles
  • VALORISER la spécificité et l'identité des paysages québécois, qu'ils soient urbains, ruraux ou en territoire éloigné

D'autres lectures sur le sujet :

https://www.voirvert.ca/nouvelles/dossiers/conjuguer-le-patrimoine-bati-au-futur-durable

https://www.yumpu.com/fr/document/read/19570898/actes-3-euromed-heritage


Photos (Alexandre Zacharie): Les travaux de stabilisation des Nouvelles-Casernes de Québec dirigés par STGM pour la Commission de la Capitale National sont une belle illustration du concept de développement durable lors de travaux dans un bâtiment patrimonial. Les artisans à l'œuvre récupèrent tous les matériaux possibles (bois, pierre, briques...), travaillent avec des matières locales et durables et l'équipe de concepteurs a fait en sorte de préserver un ensemble de bâtiments déjà en place, au lieu de le démolir et reconstruire un nouvel édifice, avec tous les mouvements et impacts que cela aurait impliqué.